Vous êtes ici : AccueilCLASSESProduction d’un classeur (début)
Terminale
D & C
Informatique
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Compétences visées :
• Citer quelques exemples de tableurs ;
• Mettre en forme une feuille de calculs (bordures, fusion des cellules, orientation du texte, retour automatique à la ligne) ;
• Utiliser les fonctions suivantes: SOMME(), PRODUIT(), MOYENNE(), RANG(), SI(), NB.SI(), SOMME.SI();
• Définir une zone d‘impression ;
• Reproduire une facture, un devis, un bulletin de paie ou de notes;
• Imprimer une feuille de calculs.

Situation problème
Votre cadet vient de recevoir un ordinateur portable, élevé en classe de seconde, il souhaite concevoir un outil lui permettant de suivre ses performances en classe. Il souhaite pour chaque matière visualiser la courbe de variation de ses notes en fonction des séquences. De produire lui-même son bulletin de note séquentiel, trimestriel et annuel.
Consigne
N’ayant pas de compétences requises, il vous invite à l’aider dans cette tâche
1. Qu’est-ce qu’une feuille de calcul ?
2. Quel type de logiciel proposez-vous à votre cadet?
3. Aider votre cadet dans cette tâche.
Prérequis : cliquer ici

Feuille de calcul est un ensemble de cellules organisées en tableau et repérable par un onglet à son nom.
Elle est constituée de lignes (numérotées à l'aide de chiffres) et de colonnes (numérotées à l'aide de lettres) dont le croisement permet de repérer une cellule.
Un classeur est un fichier contenant une ou plusieurs feuilles de calcul, destiné à vous aider à organiser des données.
Un tableur est un programme informatique capable de manipuler des feuilles de calcul.

I. Quelques exemples de tableur

On distingue plusieurs types de tableurs, les importants sont
• Microsoft Excel, de la suite bureautique Microsoft Office ;
• Sun StarOffice Calc, de la suite StarOffice ;
• OpenCalc, de la suite OpenOffice ;
• IBM/Lotus 1-2-3 de la suite SmartSuite ;
• Corel Quattro Pro de la suite WordPerfect ;
• KSpread de la suite libre KOffice sous Linux.
Nous pouvons reconnaitre que, quel que soit l’éditeur de tableur, ils ont en commun quelques caractéristiques :
• Des calculs répétitifs ou nécessitant l’encodage de formules élaborées ;
• Une présentation de données ordonnées en lignes et en colonnes ;
• La génération automatisée de graphiques.

II. Mise en forme d‘une feuille de calcul

La mise en page est l'opération qui consiste à disposer graphiquement un contenu dans un espace donné tel que : feuille de papier, planche de bande dessinée, pages web, etc...
La mise en page s'applique à la feuille de calcul en cours. Si vous désirez l'appliquer à plusieurs feuilles ou à toutes les feuilles du classeur, sélectionnez au préalable les feuilles.
Les commandes de mise en page sous Microsoft Excel 2013 se trouvent sous l'onglet Mise en page>groupe Mise en page.
mise en pageOn y retrouve quelques catégories à appliquer aux cellules et à la feuille : les thèmes ( couleurs, polices, effets) , la mise en page proprement dite (Marges, orientation, taille, sauts de page, arrière-plan) les options de la feuille de calcul et d’organisation
• Marges et centrage sur la page
Actionnez le bouton Marges, puis sélectionnez le réglage prédéfini (Normales, Larges, Hautes), celui qui vous convient (le dernier paramétrage personnalisé est proposé pour être réutilisé).
• Orientation de l'impression
Actionnez le bouton Orientation, puis sélectionnez Portrait ou Paysage.
• Taille du papier
Actionnez le bouton Taille, puis sélectionnez une taille de papier prédéfinie dans la liste déroulante
• Ordre des pages
Actionnez le bouton Imprimer les titres, l'onglet Feuillette dialogue Mise en page s'affiche, choisissez l'ordre : <Vers le bas, puis à droite> ou <à droite, puis vers le bas>.
• Mettre à l'échelle
Vous pouvez faire tenir sur une page un document qui déborde un peu sur la page suivante en changeant l'échelle.
Sous l'onglet Mise en page>groupe Mise à l’échelle, actionnez la zone Largeur et choisissez le nombre de pages, actionnez la zone Hauteur et choisissez le nombre de pages.
• Créer un entête et un pied de page
Sous l'onglet lnsertion > groupe Texte, actionnez le bouton Entête/Pied. Si vous êtes en déjà en affichage Mise en page, il suffit de cliquer sur la zone affichée de l'entête ou du pied de page. L'onglet contextuel Outils en-têtes et pieds de page/Création apparaît.

III. Utilisation des fonctions définies

Les formules, entrées dans des cellules de la feuille de calcul, effectuent des calculs sur les valeurs contenues dans cette feuille de calcul.
Une formule peut contenir des valeurs constantes, des références à des cellules, des fonctions et des opérateurs. C'est le résultat de la formule qui est affiché dans la cellule, la formule est visible dans la barre de formule lorsque la cellule est active.
La présence d'un signe égal (=) ou plus (+) ou moins (-) devant la formule permet à Excel de différencier une formule d'une simple valeur.
Les fonctions sont des formules prédéfinies qui exécutent des calculs ou des traitements sur des données que vous leur fournissez et qui sont appelées les arguments.

III.1 Syntaxe générale des fonctions

Une fonction est un ensemble d'instructions réalisant une certaine tâche et renvoyant une valeur.
Une fonction comporte un intitulé de fonction suivi des arguments entre parenthèses et séparés par des points-virgules (;).
Les arguments peuvent être fournis sous forme de valeurs ou de références à des cellules, des plages de cellules ou des plages nommées. Ils doivent être fournis dans un ordre bien déterminé et le type d'argument requis doit être respecté (numérique, chaîne de caractères, dates...) sans quoi la formule renvoie la valeur d'erreur #valeur !
Rechercher et insérer une fonction
• Sélectionnez la cellule dans laquelle vous voulez insérer une fonction.
• Onglet Formules>groupe Bibliothèques de fonctions, actionnez le bouton Insérer une fonction; ou, actionnez le bouton Insérer une formule fx dans la barre de formule.

III.2 Quelques fonctions mathématiques

Pour connaître les arguments et voir un exemple d'utilisation de la fonction, accédez à la page de l'aide sur la fonction : cliquez sur l'icône sur la barre de formule, puis dans le dialogue cliquez sur le nom de la fonction, et ensuite sur le lien Aide sur cette fonction.

III.2.1 Syntaxe générale des fonctions

Une fonction comporte un intitulé de fonction suivi des arguments entre parenthèses et séparés par des points-virgules (;). Les arguments peuvent être fournis sous forme de valeurs ou de références à des cellules, des plages de cellules ou des plages nommées. Ils doivent être fournis dans un ordre bien déterminé et le type d'argument requis doit être respecté (numérique, chaîne de caractères, dates...) sans quoi la formule renvoie la valeur d'erreur #valeur !.

Exemples :
=SOMME (20 ;30)
=SOMME (A1 ;A2)

III.2.2 Rechercher et insérer une fonction

• Sélectionnez la cellule dans laquelle vous voulez insérer une fonction.
• Onglet Formules>groupe Bibliothèques de fonctions, actionnez le bouton Insérer une fonction ou, actionnez le bouton fx Insérer une formule dans la barre de formule.
Le dialogue Insérer une fonction s'affiche.
• Sélectionnez la catégorie de fonctions, vous pouvez aussi saisir dans la zone <Rechercher une fonction> quelques mots décrivant la fonction que vous cherchez, et actionner [OK].
• La zone <Sélectionnez une fonction> affiche alors la liste des fonctions correspondant soit à votre description soit à la catégorie choisie : sélectionnez une fonction dans cette liste.
• La syntaxe de la fonction et son descriptif s'affichent au bas du dialogue, il est aussi possible d'accéder directement à la page d'aide de cette fonction en cliquant Aide sur cette fonction.
• Actionnez [OK].
Excel affiche le dialogue Arguments de la fonction.
Exemple
Calcule dans la cellule C5 la racine carrée du contenu de la cellule C1
racine carree

III.2.3. Étude de quelques fonctions mathématiques et statistiques courantes

• PRODUIT Multiplie ses arguments.

La fonction PRODUIT permet la multiplication des nombres pris en tant qu’argument et renvoyant le produit.

Syntaxe : =PRODUIT(nombre1;[nombre2];…)

nombre1 (obligatoire) est la première plage ou le premier nombre à multiplier ;
nombre2 (facultatif) représente les nombres ou les plages supplémentaires à multiplier.

• SOMME Calcule la somme de ses arguments.

La fonction SOMME permet la sommer des nombres pris en tant qu’argument et renvoyant la somme.

Syntaxe : =SOMME(nombre1;[nombre2];…)

nombre1 (obligatoire) est la première plage ou le premier nombre à multiplier;
nombre2 (facultatif) représente les nombres ou les plages supplémentaires à multiplier.

• MOYENNE Renvoie la moyenne de ses arguments.

Syntaxe : =MOYENNE(nombre1;[nombre2];…)

nombre1 (obligatoire) est la première plage ou le premier nombre à multiplier ;
nombre2 (facultatif) représente les nombres ou les plages supplémentaires à multiplier.

• SI permet d'établir des comparaisons logiques entre une valeur et le résultat attendu.

Une instruction SI peut donc avoir deux résultats. Le premier résultat est appliqué si la comparaison est vérifiée, sinon le deuxième résultat est appliqué.

Syntaxe : =SI(test_logique, [valeur_si_vrai], [valeur_si_faux])

Exemple : la formule =SI(A1>10,"ADMIS","REFUSE") renvoie "ADMIS" si A1 est supérieur à 10, et "REFUSE" si A1 est inférieur ou égal à 10.

• NB.SI Compte le nombre de cellules qui répondent à un critère donné dans une plage.

Syntaxe : =NB.SI(plage; critères)

fonction nb si

• SOMME.SI permet de calculer la somme des valeurs d’une plage qui répond au critère spécifié

Syntaxe : =SOMME.SI(plage;critère;[somme_plage])

1) Plage : Plage de cellules à calculer en fonction du critère. Les cellules de chaque plage doivent être des nombres ou des noms, des matrices ou des références contenant des nombres (Obligatoire.)
2) Critère : Critère, exprimé sous forme de nombre, d’expression, de référence de cellule, de texte ou de fonction qui définit les cellules à ajouter (Obligatoire.) exemple :
3) Somme_plage : Cellules réelles à ajouter, si vous voulez ajouter d’autres cellules que celles qui sont spécifiées dans l’argument plage( Facultatif.)

Exemple : =SOMME.SI(A1:A5;">10")

• RANG permet de classer des valeurs dans l’ordre croissant ou décroissant.

Syntaxe : =RANG(nombre ; référence ; [ordre])

Dans "Nombre", entrez le nombre dont il faut déterminer le rang.
Dans "Référence", entrez la plage de cellules contenant toutes les valeurs.
Dans "Ordre", laissez vide (ou entrez 0) pour un ordre décroissant, entrez une valeur différente de 0 pour un ordre croissant.

Exemple : =RANG(A1;A1:A8;0)
Explication : Donne le rang de l’élément du contenu de la cellule A1 par rapport aux éléments contenus de la cellule A1 à la cellule A8