Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Baccalauréat
ECM
A, C& D
2022
Correction
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Première partie :L’évaluation des ressources

1- Analyse des problèmes économiques du Cameroun dans les Relations Internationales.

Préambule /bref énoncé :
Dès son accession à l’indépendance, le Cameroun opte pour une politique d’ouverture et de présence sur la scène internationale. Seulement cette politique ne reste pas sans effets sur son économie. / ou encore
L’État du Cameroun après l’indépendance établit des rapports à la fois bilatéraux régionaux, et multilatéraux dans des aspects variés. Parmi lesquels l’aspect économique qui présente de nombreuses limites.

Argumentation + illustration :
Les problèmes économiques que rencontre le Cameroun dans les Relations internationales sont :
• La dégradation importante de la situation économique causée par la pandémie de la Covid-I9 qui a plombé les marchés ;
• L’inflation en rapport au contexte de la guerre en Ukraine qui a dopé les prix de certains produits sur le marché international, c’est le cas du prix du blé et du pétrole ;
• L’endettement du pays vis-à-vis des partenaires bilatéraux et multilatéraux. Le remboursement annuel de la dette doublé des intérêts absorbe une bonne partie des recettes d’exportation ;
• La concurrence déloyale des produits étrangers vendus à des prix bas par rapport aux produits locaux.

Exemple : les produits chinois qui inondent les marchés.

• La détérioration des termes de l’échange. Les prix des matières premières coûtent moins chers comparativement aux produits manufacturés.

Exemple : le cas des produits de rente comme le cacao, le café, le coton, arachide...

• La forte dépendance du Cameroun vis-à-vis de l’extérieur. Ceci se traduit par une balance commerciale déficitaire.
• Les aides orientées et parfois non adaptées des partenaires du Cameroun.
• La diversification des partenariats entraîne des dépenses importantes relatives aux contributions exigibles et aux frais d’adhésion dans les organisations.

Bilan : Le Cameroun comme les autres pays de la communauté internationale subit la conjoncture mondiale qui a un impact sur son fonctionnement.
Le Cameroun en tant que pays en voie de développement devrait lui-même cherché ses solutions économiques au lieu de compter uniquement sur l’apport extérieur.

2- Texte : Le Cameroun précolonial
a- Les attitudes morales qui découlent du présent document sont :
• La convivialité à travers l’entretien des échanges ;
• La franche collaboration ;
• Le respect mutuel.
• L’acceptation de l’autre à travers les relations d’amitié.
Ces vertus sont pour bien fondé le développement harmonieux des relations entre individus et entre Etats.

b- Les mesures pour promouvoir ces attitudes dans une coopération :
• Établir un code de conduite pour règlementer les Relations internationales ;
• Prévoir les sanctions sévères en cas de violation des Accords ;
• Mettre en place des institutions d’éthique;
• Sensibiliser les acteurs de la communauté internationale sur l’importance de l’application du Principe de respect des Accords et les dangers de la violation de ceux-ci.

DEUXIÈME PARTIE : L’évaluation de la compétence / l’agir compétent

1- Les objectifs de l’Union Africaine sont :

Préambule : Née le 9 juillet 2002 des cendres de la défunte OUA à Durban en Afrique du Sud, l’Union Africaine est une organisation qui comporte à son actif plusieurs objectifs visant le développement intégré du continent.

Argumentation + illustrations :
l’UA poursuit des objectifs aussi divers que variés :
réaliser une plus grande unité et solidarité entre les pays africains et entre les peuples d’Afrique ;
• défendre la souveraineté, l’intégrité’ territoriale et l’indépendance des États membres;
• accélérer l’intégration politique et socioéconomique du continent ;
• promouvoir et défendre des positions africaines communes sur les questions d’intérêt commun pour le continent et ses peuples ;
• Encourager la coopération internationale ;
• promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent ;
• promouvoir les principes et institutions démocratiques, la participation populaire et promouvoir et protéger les droits de l’homme et des peuples conformément à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et aux autres instruments pertinents relatifs aux droits de l’homme ;
• créer les conditions appropriées permettant au continent de jouer le rôle qui est le sien dans l'économie mondiale et dans les négociations internationales;
• promouvoir le développement durable aux plans économique, social et culturel, ainsi que l’intégration des économies africaines ;
• promouvoir la coopération dans tous les domaines de l’activité humaine en vue de relever le niveau de vie des peuples africains ;
• coordonner et harmoniser les politiques entre les communautés économiques régionales existantes et futures en vue de la réalisation graduelle des objectifs de l’Union ;
• accélérer le développement du continent par la promotion de la recherche dans tous les domaines, en particulier en science ct en technologie;
• œuvrer de concert avec les partenaires internationaux compétents en vue de l’éradication des maladies évitables et de la promotion de la santé sur le continent;
• assurer la participation des femmes au processus de prise de décisions, notamment dans les domaines politique, économique et socioculturel ;
• développer et promouvoir des politiques communes sur le commerce, la défense et les relations extérieures en vue d’assurer la défense du continent et le renforcement de ses positions de négociation ;
• inviter et encourager la participation effective des Africains de la diaspora, en tant que partie importante de notre continent, à la construction de l’Union africaine.

Transition : malgré la volonté prononcée de l’UA de réaliser le développement intégré de l’Afrique au travers ses objectifs élogieux et ses institutions comme c’est le cas de la Banque africaine de développement ; certains freins lui rendent la tâche ardue. 0,5pt

2- Les causes et les conséquences des problèmes que rencontrent les projets financés par la BAD.

Préambule : la Banque africaine de développement est l’organe financier de l’UA, qui met à la disposition des peuples des fonds pour la réalisation des projets.

Les problèmes que rencontrent les projets financés par la BAD, leurs causes et leurs conséquences :

Argumentation + illustration :
les obstacles à la réalisation des projets financés par la BAD sont multiples. Il s’agit entre autres de :
• Le démarrage tardif des projets. Causé par la mauvaise gouvernance se traduit par les lenteurs administratives, les lourdeurs bureaucratiques qui ont pour conséquences, le non-respect du calendrier de’ livraison des marchés et l’abandon de certains projets.
• La mobilisation tardive des fonds de contrepartie. Cause par les carences financières, les détournements de deniers publics, la corruption... Leurs conséquences étant les durées d’attente interminables, les projets mort-nés ou avortés ou mal réalisés.
• Les longs délais dans la passation de marchés et dans la soumission des demandes de paiement à la banque. Causés par des codes de procédure inadaptés. La conséquence étant les pertes d’argent, les projets inachevés ou avortés qui au final n’arrivent pas à maturité ;
• Des dépenses exorbitantes qui rallongent les factures, faisant flamber les coûts des projets et les pertes de temps inutiles avec pour corolaire l’intensification de la pauvreté.

Transition : les obstacles à la réalisation des projets financés par la BAD constituant un problème réel, il devient impératif d’y apporter des solutions.

3- Les mesures pour améliorer le financement des projets en Afrique.

Préambule: Il est nécessaire voire urgent de trouver des mesures pour une meilleure capitalisation des acquis liés au financement des projets en Afrique.

Argumentation + illustration :
Les mesures pour améliorer le financement des projets sont :
Bien mener les études de faisabilité afin que les projets atteignent leur maturité ;
• Boucler le financement desdits projets avant d’entamer leur exécution ;
• Renforcer les méthodes de lutte contre la corruption, le népotisme, le favoritisme.
• Multiplier les projets à valeur ajouté capable de booster le développement.