Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESLes libertés fondamentales
Première
A & C & E & D & TI
ECM
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

INTRODUCTION
La libertéest l’un des mots les plus utilisés dans la langue française car chacun l’emploi même si le sens reste ambigu. Depuis des siècles les hommes se sont battus pour la conquête des libertés dans la mesure où celle-ci n’est pas définitivement acquise mais s’obtient parfois après des révoltes sanglantes.

I- DÉFINITIONS DU TERME LIBERTÉ
Cette notion est très complexe d’où la multiplicité des définitions. Pour les philosophes, la liberté renvoie au libre arbitre c'est-à-dire qu’elle se conçoit sous le double angle du choix et de la volonté. Pour les juristes la liberté consiste à faire tout ce qu’on veut mais qui n’est pas défendu par la loi. Pour les politiciens elle renvoie à l’auto détermination c'est-à-dire agir selon sa propre volonté mais sans porter atteinte aux droits des autres. A la lumière de toutes ces opinions, on peut retenir que la liberté est l’état d’une personne ou d’un peuple qui ne subit pas de contrainte, de soumission, de servitude exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par une puissance étrangère. En bref, c’est le droit de faire ce qu’on veut sans nuire à autrui. Le concept de liberté s’oppose ainsi à l’esclavage, la contrainte, la servitude, la captivité.

II- HISTORIQUE DE LA CONQUÊTE DES LIBERTÉS
Depuis des lustres, l’histoire des hommes a été marquée par des combats visant à conquérir des libertés. En effet la liberté n’est pas un don du ciel, mais une quête perpétuelle. Au fil du temps, l’humanité a subit plusieurs humiliations en l’occurrence la traite des noirs, la colonisation, l’apartheid, le nazisme, le génocide, les dictatures etc. toutes ces injustices expliquent les différentes actions menées à travers le monde pour que l’homme soit réinstauré dans sa dignité.
1-La conquête des libertés dans la Grèce Antique
Au 7ème siècle avant JC, le peuple était victime de la confiscation de ses droits et de ses biens, sans oublier la pratique de l’esclavage. Il a fallu que le peuple se soulève pour que le roi d’Athènes Périclès mette sur pied une constitution qui reconnait les droits fondamentaux des citoyens. A propos, il déclare « nous avons une constitution qui présente quelque traits essentiels de l’égalité absolue de tous les citoyens ». En outre, Spartacus va lutter pour l’abolition de l’esclavage.
2-La conquête des libertés en Grande Bretagne
Au Moyen Age, la monarchie qui régnait en grande Bretagne était caractérisée par l’exercice arbitraire du pouvoir. En effet, le roi Jean sans terre, était un dirigeant cruel, sans aucun scrupule. Cette situation va amener le peuple sous la direction des nobles et des évêques à se soulever et imposer dès 1215 plusieurs textes ou des lois qui garantissent les libertés du peuple.
a) La Magna Carta
C’est une charte de 63 articles arrachée par le peuple au roi Jean sans terre le 15 Juin 1215 après une guerre civile. Ce document juridique le plus important dans l’histoire de la démocratie moderne marque le passage d’un État simple absolu à un État de droit, du fait de la délimitation des pouvoirs royaux. Cette charte est la plus ancienne manifestation d’un long processus historique d’acquisition des libertés. Elle garantie aux anglais le droit aux libertés individuelles.
b) L’Habeas Corpus (1679)
C’est une loi à valeur constitutionnelle qui énonce une liberté fondamentale celle de ne pas être emprisonné sans jugement (contraire de l’arbitraire qui permet d’arrêter n’importe qui sans raison valable). En vertu de ce principe, toute personne arrêtée a le droit de savoir pourquoi elle est arrêtée et de quoi elle est accusée. A propos le roi déclare : « aucun homme ne sera arrêté, emprisonné, privé de sa terre…si ce n’ait le jugement de ses pairs, selon la loi du royaume ». Elle est devenue l’un des piliers des libertés publiques anglaises.
c) Le Bill of Right ou déclaration des droits (1689)
Un texte imposé au souverain d’Angleterre Guillaume III à la suite de la glorieuse révolution. Il définit les principes de la monarchie parlementaire en limitant les pouvoirs du roi au profit du parlement anglais ainsi que la séparation des 3 pouvoirs. Désormais la chambre des communes du parlement a la possibilité de voter ou de suspendre les lois, de levée un impôt.
3-La conquête des libertés en France
La révolution française de 1789 conduite par Napoléon Bonaparte marque le remplacement de la monarchie absolue par la monarchie constitutionnelle, puis par la 1ère république. Elle va mettre fin à la royauté et aux privilèges. Elle lègue à la France la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui proclame l’égalité de tous devant la loi. Elle met l’accent sur les libertés fondamentales et la souveraineté de la nation à se gouverner à travers les représentants élus.
4- La conquête des libertés en Afrique
L’antiquité, les africains n’ont jamais cessé de lutter pour revendiquer leurs droits et libertés. Pendant la période précoloniale, les africains ont été victime de l’esclavage, mais après une lutte acharnée sur le plan interne et externe, cette pratique odieuse considérée comme une grave atteinte à la liberté de l’homme noir sera supprimée au. La colonisation fut considérée comme une injustice et une menace contre la liberté et le droit des peuples africains. Ainsi, certains leaders comme Ménélik II, Samory Touré ont lutté contre la domination européenne. Les nationalistes comme Julius Nyerere, Kwamé Nkrumah ont œuvré pour l’indépendance de l’Afrique.
5- La conquête des libertés au Cameroun
Cette dernière a commencé pendant la période coloniale où des nationalistes comme Ruben Um Nyobe ont lutté pour la reconnaissance des libertés fondamentales du peuple camerounais. Mais d’autres phases démontrent la détermination des citoyens à lutter pour ses droits. C’est le cas des villes mortes ou blocus général de 1991. En effet c’est un vaste mouvement de contestation causé par la hausse vertigineuse du coût de la vie, mais surtout par la volonté du président de la république Paul Biya de changer la constitution lui permettant de briguer un nouveau mandat en 2011. A cet actif, l’on peut aussi citer les émeutes de la faim de 2008 causée par l’augmentation des prix des denrées alimentaires de 1ère nécessité. Tous ces événements démontrent la volonté du peuple à défendre ses droits fondamentaux.

III- LES GRANDES CATÉGORIES ET LES FORMES D’ATTEINTE A LA LIBERTÉ
1- Les formes de liberté
Il existe plusieurs types de liberté qui peuvent être regroupées en 2 grandes catégories.
a) Les libertés individuelles
Les principales sont :
- La liberté naturelle, l’homme a le droit d’employer l’ensemble de ses facultés comme il l’entend ;
- La liberté sociale, ce qu’on est en droit de réclamer à la société (la vie, la mort, « euthanasie », la nutrition, la santé, le logement
- La liberté civile, un homme est libre de ses actes tant que ceux-ci ne nuisent à autrui et ne sont contraints à aucune loi. On dit souvent : « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres » ;
- La liberté de circulation ; aller et venir librement sur le territoire national ;
- La liberté de culte ; possibilité à chaque homme de pratiquer la religion de son choix, d’exprimer son idéologie ;
- La liberté de conscience, permet de ne pas avoir d’obédience religieuse mais sa conscience comme juge ;
- La liberté d’opinion, de pensée, d’expression, elle permet à chacun de penser et de s’exprimer ses opinions (par la parole, l’écriture, la chanson, l’image etc.) sans censure au préalable mais non sans sanctions si celle-ci porte préjudice à quelqu’un ;
- La liberté économique, elle permet à chacun de percevoir les revenus de son travail et de pouvoir les utiliser librement. Nul ne peut se voir refuser en principe un emploi pour des considérations autres que les qualifications professionnelles (sexe, origine ethnique ou religieuse).
b) Les libertés collectives
- La liberté d’association, la liberté de réunion, elles permettent aux individus de se réunir librement pour débattre de leurs opinions, de créer des tontines, GIC, ONG etc.
- La liberté politique, il s’agit notamment du droit de vote, d’adhésion à un parti politique ;
- La liberté syndicale, elle permet aux travailleurs de former et d’adhérer à des organisations syndicales pour les représenter et faire valoir leurs revendications ;
- La liberté de presse, elle concerne non seulement les médias mais aussi le publique car le droit à l’information est une liberté fondamentale.
2-Les limites et atteintes à la liberté
Les atteintes à la liberté sont tout ce qui empêche l’homme de jouir de ses libertés. Il s’agit notamment des lois, coutumes, les bonnes mœurs, intérêt général, les guerres, le SD, la dictature, la prison, l’injustice, les maladies. De plus en plus, on observe de nouvelles pratiques qui portent gravement atteintes à la liberté de l’homme en l’occurrence :
- Les filatures microscopiques, les écoutes téléphoniques, les caméras vidéos. Tous ces moyens derniers cri à base électronique ou d’informatique permettent une surveillance qui nuit à la vie privée des individus.
- Le conditionnement des enfants à des fins égoïstes (Kamikazes, proxénètes, biens économiques etc.)
- Le choix du sexe, de la peau du nouveau né avant sa naissance grâce aux progrès de la médecine (insémination artificielle)
- La violence à la télévision qui est la cause de nombreux maux sociaux (criminalité, toxicomanie, alcoolisme, perte des valeurs traditionnelles etc.)
Toutes ces entraves montrent que la liberté n’est pas encore acquise de façon définitive mais reste une quête perpétuelle. Mais la liberté n’est pas synonyme de libertinage, car ce terme stipule que chaque citoyen peut faire tout ce qu’il veut sans respecter la loi, sans en prendre en considération les libertés des autres, sans respecter leur vie privée en bref sans respecter la dignité humaine. La liberté exige plutôt que chacun s’acquitte de ses devoirs, ait une conscience professionnelle, soit honnête, humble, serviable afin de maintenir la cohésion sociale.
Lorsque la liberté d’un individu est menacée, par celle d’une autre, la loi intervient pour fixer les limites et régler le litige. Néanmoins l’on peut observer certains abus tels que les arrestations arbitraires, les erreurs judiciaires, les bavures policières.
Sur le plan international, il existe des organismes chargés dénoncer et de défendre les droits de l’homme tel que l’ONU et ses annexes, la croix rouge, Amnesty international, Greenpeace, médecins sans frontière, le HCR etc.

CONCLUSION
Une liberté fondamentale est un droit naturel car tous les hommes naissent égaux ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs. L’exercice des libertés doit être conforme à l’intérêt général c'est-à-dire appliquée par tous les citoyens, faute de quoi on court vers le libertinage.