Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESLes systèmes économiques : fondements et structures
Terminale
A & C & E & D & TI
Géographie
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

INTRODUCTION
Le système économique est un modèle théorique d’organisation économique et sociale d’un État. De nos jours, deux grands systèmes se partagent le monde ; le capitalisme et le socialisme. Mais ceux-ci sont en désaccord sur les moyens utilisés, les fondements et les principes.

I-LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE CAPITALISTE
L’esprit capitaliste découle du XVIIIème siècle, période pendant laquelle on exalte le libéralisme et l’individualisme. Certains philosophes tels que Voltaire et JJ. Rousseau soutiennent cette pensée en demandant la liberté de s’exprimer politiquement et économiquement. Dans sa pureté, le régime capitaliste comporte donc un mode individualiste de l’appropriation et de la concurrence.
1-LES FONDEMENTS DE L’ÉCONOMIE CAPITALISTE
a- La propriété privée des moyens de production
Dans une économie capitaliste, tous les moyens de production appartiennent en principe à des particuliers. Cette propriété privée se manifeste sur le plan juridique par le droit à la propriété individuelle. En effet le régime capitaliste existe dès lors que les individus ont le droit de posséder et de disposer librement des biens de production et des fruits de leur utilisation.
b- La recherche du profit
C’est la motivation fondamentale du système capitaliste. Ici l’entrepreneur aspire à la grandeur et au succès, l’argent produit l’argent. Il a le droit de l’accumuler, de l’échanger, de l’investir, bref d’en faire libre usage pour toujours plus de profit. Il considère ce capital comme le résultat de sa prise de risque.
c- La libre concurrence
La libre concurrence est une compétition ou une rivalité entre les entreprises qui ont le même objectif et qui recherchent les mêmes avantages. Elle se traduit par une libéralisation croissante des marchés. Ici chaque entreprise a la liberté de vendre à des conditions qu’il souhaite c'est-à-dire d’user les moyens qui lui semblent meilleur pour captiver la clientèle y compris celle de ses adversaires. On cherche toujours à offrir la meilleure qualité des produits au meilleur prix. Mais cette libre concurrence entraine la concentration des entreprises et l’élimination des plus faibles au profit des plus forts. C’est ainsi que sont nés les Cartels pour contrôler tout un marché. Ces grandes unités de production sont dangereuses car on assiste à des monopoles économiques, à la déstabilisation des États, à l’exploitation des ouvriers et à la manipulation des désirs de la clientèle par des publicités parfois erronées.
2-LES STRUCTURES DU CAPITALISME
La structure du capitalisme s’appréhende mieux dans l’analyse des concepts suivants :
-la libre entreprise. Elle stipule que tout citoyen qui dispose des moyens de production comme les capitaux et qui s’engage à respecter les institutions a la liberté de créer son entreprise.
-le marché. Il est absolument nécessaire car il est le lieu de rencontre entre l’offre et la demande. Le marché permet à l’entrepreneur de faire un choix, ainsi il produira pour le marché le plus solvable.
-le cadre technique. Dans le système capitaliste, le niveau technique est sans cesse croissant. Pour faire face à la concurrence, les entrepreneurs encouragent l’innovation et la diversification des produits. D’où le recours constant à la science et à la recherche pour une production massive et compétitive.
3-LES EMMÉNAGEMENTS DU CAPITALISME
L’intervention de l’État dans le domaine économique est aujourd’hui générale dans les pays capitalistes. Elle résulte des insuffisances ou des excès de ce système économique libéral. L’État réagit ainsi pour mettre de l’ordre. Il définit les règles du jeu social (législation sociale, droit du travail), il fixe les conditions de la concurrence, fixe le salaire minimum et réglemente fréquemment les prix. Il assure aussi les services publics et pratiques une politique de redistribution des richesses par le biais des prélèvements fiscaux (impôts) et des cotisations sociales. En somme dans chaque pays, l’État applique avec différents moyens une politique économique qui s’impose à tous.
4- LES INCONVÉNIENTS DU CAPITALISME
Pour ce système, tout tend à devenir marchandise même l’homme (achat des organes, vente des enfants, proxénétisme etc.) le business se retrouve dans les connaissances, la recherche scientifique, les œuvres artistiques. On valorise plus l’argent que l’homme.

II- LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE SOCIALISTE
Le socialisme désigne l’ensemble de doctrine et de mouvements politico-économique nés de la contestation du capitalisme libéral et ayant en commun une croyance en une société plus libre et égalitaire. Il est pratiqué en Corée du Nord.
1-LES FONDEMENTS DU SOCIALISME
Le socialisme est né d’une remise en question des excès du libéralisme économique. Ce mot fait son apparition en 1830 et préconise la destruction de l’État bourgeois et l’instauration d’une société égalitaire. Hormis le socialisme marxiste (communisme) né des idées de Karl Marx, il existe encore d’autres types de socialisme tels que le socialisme réformiste, le socialisme utopique…
2-LES PRINCIPES DU SOCIALISME
Le socialisme est basé sur la propriété collective des moyens de production et d’échanges ’État est alors propriétaire des voies de communication, des usines et des grandes surfaces agricoles. Il contrôle les banques et le marché : on parle de dirigisme de l’État. Contrairement au régime capitaliste, l’économie est planifiée ce qui permet de se fixer des objectifs à atteindre pendant un temps déterminé, de ne pas s’égarer et de fournir les biens et les services conformes aux besoins de la société. L’État est interventionniste (fixe les prix d’achat des produits ainsi que le salaire des employés) et a recourt à la nationalisation et au protectionnisme. Dans ce système, le travail est un droit et un devoir.
3- LES AVANTAGES ET LES INCONVÉNIENTS DU SOCIALISME
Parmi les valeurs fondamentales du socialisme, on peut citer la lutte contre les inégalités sociales, la justice sociale, l’égalité des chances et la répartition équitable des ressources. Le socialisme prône l’avenue d’une société égalitaire qui lutte contre l’individualisme et fait prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers. En bref ce système valorise l’être humain à la place de l’argent.
Mais le socialisme ne favorise pas le développement rapide de la société à cause de l’absence de concurrence et du manque de liberté d’initiative. C’est un système confronté régulièrement aux pénuries des biens de consommation ce qui entraine l’existence d’un marché noir qui échappe au contrôle de l’État.

CONCLUSION
Le capitalisme et le socialisme ont quelques similitudes ; ils créent tous des sociétés en quête de puissance et de bien être. Le capitalisme accroit rapidement le niveau de vie individuel tandis que le socialisme semble développer plus vite le niveau moyen de la population. Mais le véritable enjeu aujourd’hui est de réduire le fossé qui existe entre les riches et les pauvres.