Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESL’œuvre allemande au Cameroun
Première
A & C & E & D & TI
Histoire
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

INTRODUCTION
Une fois la conquête du Cameroun terminée, les allemands passent à la seconde étape. Afin de marquer leur présence sur le territoire, ils vont fixer les frontières, dessiner la carte du Cameroun, organiser les institutions en installant un gouvernement et en créant un État sans oublier la construction de nombreuses infrastructures.

I-LA MISE EN PLACE DES FRONTIÈRES CAMEROUNAISES
La superficie du Kamerun allemand évolue de la manière suivante :
-Le territoire occupé par l’Allemagne de 1884 à 1911, appelé Ancien Cameroun mesure environ 478.000 Km2.
-Le 14 Novembre 1911, un accord conclu entre la France et l’Allemagne à propos du Maroc ajoute au Cameroun une partie du territoire de l’AEF soit 275.000 Km2. Le Nouveau Cameroun d’une superficie de 750.000 Km2 sera appelé le Grand Cameroun.

II- L’ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET JUDICIAIRE
Sous l’occupation allemande, le Cameroun a connu successivement 3 capitales : 
  Douala(1885-1901) transférée à Buea (1901-1909) à cause de son climat doux proche de la zone tempérée, puis à Yaoundé (1909 à nos jours) à cause de l’éruption du mont Cameroun. De 1885 à 1915,
Le Cameroun fut administré par 6 gouverneurs.
- Von Soden (1885-1891)
- Zimmerer (1891-1895)
- Von Puttkamer (1895-1907)
- Théodore Seitz (1907-1910)
- Gleim (1910-1912)
- Ebermeier (1912-1915)
Sous la coordination du gouverneur, le pouvoir administratif est entre les mains des chefs de circonscription, des chefs de district et des chefs indigènes. Le Sud et l’Ouest sont divisés en 28 circonscriptions et le Nord en 3 résidences (Mora, Garoua et Banyo). Ici, les allemands contrôlent la population par l’intermédiaire des lamibé.
Sur le plan judiciaire, il existe 2 cours ; une pour les blancs et l’autre pour les noirs.

III- LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL
L’inventaire des richesses du pays, l’introduction d’impôts et l’instauration des travaux forcés sont autant d’éléments qui ont permis la mise en valeur du pays sur plusieurs plans.
a) L’introduction de l’agriculture
Son développement est la plus importante œuvre germanique au Cameroun. Les allemands créent des plantations pour exploiter le cacao, le caoutchouc, la banane et l’huile de palme dans la région du Littoral. Ils créent des écoles d’agriculture à Victoria, Dschang et à Yaoundé. Au Nord, l’élevage est amélioré et la culture du coton amorcée.
b) L’exploitation forestière et minière
Parce que très riche en essences, les forêts camerounaises sont exploitées. Des sommes importantes sont consacrées à l’exploitation du sous sol et à la prospection du pétrole. De petites industries sont créées pour transformer sur place certains produits.
c) Des infrastructures de transports importantes
L’arrivée des allemands entraine une véritable révolution de transport.
- Des routes sont tracées (Yaoundé-Kribi, Yaoundé-Douala, Yaoundé-Victoria).
- Des lignes de chemin de fer sont ouvertes (Douala-Yaoundé, Douala-Nkongsamba).
- Des ports crées sont équipés (Douala, Tiko, Kribi).
- Des lignes téléphoniques sont construites.
- Des postes émetteurs sont installés.
d) Des œuvres socioculturelles
Des écoles dirigées par des missionnaires sont construites (Victoria, Douala). Des hôpitaux sont crées à Ayos, Doumé, Mbidalong, Kumba et les plus modernes à Douala et à Victoria. Des services de santé sont organisés pour lutter contre les maladies telles que la lèpre, le paludisme, la variole et pour apprendre aux populations les règles d’hygiène. Les recherches scientifiques sont entreprises en botanique et en géologie. Le géographe Max Moisel dresse la carte du Cameroun en 1913. Des services météorologiques sont installés en 1912 à Garoua, Yaoundé et Dschang. Grâce aux bourses germaniques, les étudiants camerounais partent poursuivre leurs études en Allemagne. A partir de 1888. Ce fut le cas de Rudolph Douala Manga Bell et de Marin Paul Samba.

pont d edea Pont d’Edéa
hopitaux Hôpitaux
ecole Des églises
chemin de fer Les chemins de fer

CONCLUSION
L’œuvre allemande si florissante fut brutalement interrompue par la 1ère GM. Malgré quelques abus, les allemands furent les premiers constructeurs du Cameroun aussi bien sur le plan économique que sur le plan socio-culturel. Ils seront remplacés par les français et les anglais en 1919.