Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Vous êtes ici : AccueilCLASSESLa régulation du taux des hormones sexuelles chez l’homme (fin)
Terminale
D
S.V.T
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

II. Un rétrocontrôle (ou rétroaction ou feed-back) exercé par la testostérone.

II.1 Définition.

Un rétrocontrôle
C’est l’action d’une hormone qui modifie l’activité des organes à l’origine de la sécrétion. : La rétroaction peut être positive ou négative.
La rétroaction négative
C’est celle dans laquelle l’augmentation de la valeur de la variable à réguler provoque la diminution de la valeur du facteur qui la déclenche.
Ceci a pour effet de stabiliser la valeur du paramètre contrôlé.
La rétroaction positive
C’est celle dans laquelle l’augmentation de la valeur de la variable à réguler provoque plutôt l’augmentation de la valeur du facteur qui la déclenche.
Ceci a pour effet d’augmenter graduellement la valeur du paramètre contrôlé.

II.2- mise en évidence d’un rétrocontrôle.

II.2.1 Expérience 1

On enregistre les variations du taux sanguin de L.H chez un bélier :
• 3 jours avant castration ;
• 7 jours après castration ;
• castré avec implant sous cutané délivrant en continu de fortes doses de testostérone.
Les résultats obtenus sont consignés dans les graphes suivants :
variation taux lh belier

II.2.2 Expérience 2.

Chez un bélier, on met en place une canule permettant de prélever le sang au niveau du système porte hypophysaire. Après une injection d’une forte dose de testostérone, on observe un arrêt des pulses de GnRH.

II.2.3 Analyse et interprétation des résultats obtenus.
a) Expérience 1 :

La production de LH est très supérieure chez un animal castré : ceci suggère une action freinatrice exercée par le testicule sur l’hypophyse.
Le résultat C confirme cette influence et précise le mécanisme de freinage : c’est la testostérone elle-même qui modère la production de LH.

b) Expérience 2

Les résultats obtenus montre que le freinage est exercé au niveau du système de commande hypothalamique. Les pulses de GnRH sont effectivement indispensables à la libération de FSH et de LH.

II.2.4 Conclusion.

• L’hypophyse stimule l’activité du testicule par les gonadostimulines. Réciproquement, le testicule exerce en retour une inhibition du fonctionnement hypophysaire d’où l’expression rétrocontrôle négatif.
• L’existence des récepteurs à la testostérone au niveau de l’hypothalamus suggère que c’est au niveau de l’hypothalamus que l’action de la testostérone s’exerce.
• D’autres expériences permettent de constater que l’inhibine exerce également une rétroaction négative sur le complexe hypothalamo-hypophysaire.

II.3 Notion de système de régulation.

La testostéronémie (système réglé) est régulée par un système réglant, formé du complexe hypothalamo-hypophysaire, qui module la sécrétion de la testostérone et des cellules cibles qui l’utilisent.
La testostérone exerce à son tour une rétroaction sur les cellules du complexe (capteurs). Un tel ensemble, avec ses caractéristiques fonctionnelles, constitue un système de régulation.
systeme de regulationSchéma récapitulatif du contrôle des activités testiculaires chez les Primates.
principe de regulationPrincipe du système de régulation de la testostéronémie par boucle de rétroaction.