Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESLa croissance démographique
Première
A & C & E & D & TI
Géographie
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Famille de situation : Environnement et dynamique démographique.
Catégorie d’action : Maitrise de la croissance démographique.
Module N°I : La population.
Chapitre N°I : La population mondiale.
Leçon N°I : La croissance démographique.
Notions : Taux de natalité, Taux de mortalité, Taux de fécondité, espérance de vie.
Prérequis : Qu’est-ce que la démographie?
Durée : 2 heures.
Exemple de situation : En Afrique, les femmes accouchent à un rythme exponentiel.
Exemple d’action : Réguler ou contrôler les naissances.
Formulation de la justification : Cette leçon me permet de mobiliser les ressources afin de maitriser l’évolution de la population mondiale.

Introduction
La démographie est l’étude statistique des populations dans un espace donné.
Les guerres, les épidémies (peste, typhus, choléra) et la famine ont pendant longtemps limité la croissance de la population mondiale. Depuis la deuxième moitié du XXème siècle, on assiste à un regain de la croissance de cette population qui est le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs.
I- L’évolution de la population mondiale
La population mondiale est le nombre d'êtres humains vivant sur Terre à un instant donné.
La densité de population est le nombre moyen d'habitants d'une région donnée par kilomètre carré.
Un foyer de peuplement, appelé aussi foyer de population, est une zone géographique de forte densité humaine à l'échelle du globe.
Depuis plus d’un siècle, la population mondiale est résolument tournée vers la croissance. En effet, en 1960, elle était de 3 milliards d’habitants, en 1999, elle est montée à 6 milliards. Depuis le 31 octobre 2011, la planète compte 7 milliards d’habitants et les analystes des Nations Unies pensent qu’elle atteindra 10 milliards d’habitants en 2050. La période allant de 1945 à 1960 a été qualifiée de « Baby-boom » dans les pays développés.
Les 20 pays les plus peuplés sont consignés dans le tableau ci-dessous
Tableau : Les 20 pays les plus peuplés du monde.

Rang Pays Population en 2018
1 Chine 1.417. 081.062
2 Inde 1.359.925.119
3 États unis 327.127.417
4 Indonésie 267.017.147
5 Brésil 211.430.169
6 Pakistan 202.924.867
7 Nigeria 197.483.484
8 Bangladesh 166.896.995
9 Russie 143.971.631
10 Mexique 131.349.885
11 Japon 127.075.691
12 Éthiopie 108.816.255
13 Philippines 107. O69.117
14 Égypte 100.053.629
15 Vietnam 96.842.545
16 Congo 85.259.815
17 Allemagne 82.359.881
18 Iran 82.776.216
19 Turquie 82.591.300
20 Thaïlande 69.236.884

Il est intéressant de relever que seul 6 pays concentrent la moitié de la population mondiale.
Tableau : Dates où la population mondiale s’est accrue d’un milliard d’habitants.

Dates Population en milliards d'habitants
31-10-2011 7
12-10-1999 6
11-07-1987 5
20-07-1974 4
1-1-01-1960 3
1-07-1927 2
1-08-1804 1

 Figure : Dates à laquelle la population mondiale s’est accrue d’un milliard d’habitants de plus
histogramme populationAlors qu’il a fallu attendre des millénaires pour que la population mondiale atteigne 1 milliard d’habitants, celle-ci a atteint 2 milliards d’habitants en à peine 130 ans, 3 milliards d’habitants en 30 ans (1960), 5 milliards d’habitants en 13 ans (1987) et 6 milliards d’habitants en seulement 12 ans (1999), de même que 7 milliards d’habitants. Ceci montre qu’uniquement au cours du 20éme siècle, la population mondiale est passée de 1,65 milliards à 6 milliards d’habitants.
Malgré la forte croissance de la population mondiale, celle-ci n’est pas identique dans toutes les régions du monde. L’inégale répartition de la population mondiale est matérialisée par l’existence des foyers de peuplement et des espaces presque vides. Le peuplement est relativement dense sur 20% de la surface des continents, tandis que 50% est considérée comme vide. 70% de la population mondiale se concentre sur 10% de la surface des continents donc sur au moins 3% de la surface de la terre.
La densité de la population mondiale varie d’une région à une autre ; elle est estimée par exemple à 0,03 habitants / km2 au Groenland et à 382 habitants/km2 en Inde. Les grands foyers de peuplement se trouvent dans les régions où les conditions naturelles sont favorables (climat doux, reliefs moins accidentés, vastes plaines, disponibilité en eau…) tandis que les régions froides, les déserts, les grandes forêts sont en général très peu peuplées voire vides.
Mais les conditions naturelles n’expliquent pas tout puisqu’on peut ajouter les causes historiques par exemple :
• La Chine et l’Inde ont toujours été peuplées à cause de la culture du riz qui exige une main d’œuvre abondante.
• De même certaines régions montagneuses situées par exemple en Kabylie ont constitué des zones de refuge devant de nombreuses invasions qu’a connu l’histoire du Congo.
• L’esclavage a contribué à peupler l’Amérique latine au détriment de certaines régions littorales de l’Afrique.
En dehors des facteurs naturels et historiques, l’on peut relever la volonté politique manifestée par la création de nombreuses villes qui attirent les néo urbains laissant ainsi les campagnes presque vides.
Les principaux foyers de peuplement du monde sont répartis en foyers primaires ou majeures et les foyers secondaires. Les 3 grands foyers de peuplement qui concentrent à eux seuls la moitié de la population mondiale sont :
• L’Asie du sud ou subcontinent indien (Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal, Sri-lanka) avec 1M 812m ;
NB : la natalité indienne est actuellement la plus forte du monde. Ce pays sera le plus peuplé en 2025.
• L’Asie de l’Est (Chine, Japon, les 2 Corées, Taiwan) avec 1M 630m ;
• L’Europe de l’Ouest et l’Est (Russie, Allemagne, France, RU, Espagne, Pologne…) avec 659 millions.
Les foyers secondaires sont :
• L’Asie du Sud-est (Indonésie, Philippines, Vietnam, Thaïlande, Cambodge, Malaisie …) avec 654millions ;
• L’Afrique orientale (Éthiopie, Tanzanie, Kenya…) avec 468 millions ;
• Le Moyen-Orient (Égypte, Turquie, Iran…) avec 449 millions ;
• La côte Est de l’Amérique du Nord (USA et Canada) avec 365 millions ;
• Les côtes du golfe de Guinée (Nigeria, Ghana, côte d’ivoire…) avec 382millions ;
• Le Sud-est et le Nord-est du Brésil avec 212millions.
En bref, cette population est répartie ainsi qu’il suit :
• Asie 61% (4,7 milliards),
• Afrique 17% (1,3 milliards),
• Europe 10% (750 millions),
• Amérique Latine et les Caraïbes 8% (650 millions),
• Amérique du nord 3% (370 millions)
• Océanie 1% (43 millions).
Figure : Répartition de la population mondiale par continent et aire géographique
population mondiale par air geographiqueLes espaces vides sont concentrées dans les zones répulsives telles que les hautes latitudes (Alaska et Groenland), à l’intérieur du continent à savoir les déserts (Sahara, Kalahari, Chili, Arabie… et les grandes forêts équatoriales (amazoniennes et congolaises)

II- Les facteurs de la croissance démographique
II.1 Une forte natalité
Le taux de natalité est le nombre de naissance pour 1000 habitants au cours d’une année.
Ce taux est très élevé dans les pays pauvres grâce à plusieurs facteurs :
• Les progrès de la médecine. En effet, les centres de santé améliorent de plus en plus les prises en charge prénatale ce qui permet de réduire considérablement le nombre de décès néonatale.
• Les religions ; la plupart des religions pratiquées dans les pays sont natalistes. C’est le cas des religions chrétiennes qui considèrent que la procréation est sacrée comme le montre les premières pages de la Bible où il est écrit « soyez féconds, multipliez-vous et remplissez la terre » (Genèse 1 :28). Cette position radicale de l’église catholique par exemple a valu au pape Benoit XVI de vifs reproches par rapport à son refus catégorique de cautionner l’utilisation des préservatifs. L’Islam aborde dans le même sens lorsqu’il encourage la polygamie et les mariages précoces. Cette position a soulevé de vives tensions entre le Vatican, l’Iran d’une part et les USA d’autres parts lors du sommet sur la démographie tenue au Caire en 1994.
• La tradition ; elle encourage les familles nombreuses dans la mesure où elle fait allégeance aux foyers polygamiques et considère qu’une bonne épouse et une bonne mère est celle qui a fait beaucoup d’enfants. En outre les gardiens de celle-ci estiment que la procréation est un devoir divin et un impératif moral. De même l’enfant est considéré comme une richesse, un prestige ou une ressource économique (main d’œuvre). Conséquence la fécondité (nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer) reste très élevée en Afrique par exemple où une femme a en moyenne 6 enfants.
• L’analphabétisme et la sous-scolarisation ; ils jouent aussi en faveur de l’augmentation du nombre de naissance dans la mesure où plus une femme est instruite, moins elle fait d’enfant (usage des moyens de contraception, mariage tardif). Le résultat est perceptible au niveau de la fécondité. Si l’on s’en tient aux estimations de l’ONU, les populations des pays africains comme le Nigeria dépasseront en 2047 celle des USA ce qui le placera au rang de 3ème pays le plus peuplé du monde et le ferait rivaliser avec la Chine dont la population va se stabiliser autour d’un milliard. D’autres pays comme l’Éthiopie, Congo, Tanzanie, Ouganda et Niger auront une croissance démographique soutenue pour entrer dans le top 10 des pays les plus peuplés. Des recherches ont montré que 4 enfants naissent chaque seconde et 2 personnes en meurent. La terre gagne donc 2 habitants soit plus de 200.000 habitants par jour et plus de 75 millions par an comme le montre cette croissance de plus de 1,2% par an depuis 1999. A ce rythme, la population mondiale double tous les 60 ans et les prévisions estiment qu’en 2050 la terre comptera environ 10 milliards d’individus.
Le taux de natalité n’est pas très élevé dans les pays occidentaux à cause des facteurs suivants :
• Fécondité faible en moyenne 1 ou 2 enfants ;
• Les enfants représentent un poids financier (scolarité, loisir) ;
• Il existe dans ces pays une volonté de mieux vivre et de profiter de la vie ;
• Les moyens de contraception sont répandus ;
• Les mariages sont tardifs après la fin des études (souvent longues) ou lorsque la situation financière est stable ;
• Le recul des traditions et de l’influence religieuse ;
• La légalisation des couples et mariages homosexuels ;
• La légalisation de l’IVG.
2- Le recul de la mortalité
Le taux de mortalité est le nombre de décès pour 1000 habitants au cours d’une année.
Même s’il est encore élevé dans certains pays pauvres (famine, les catastrophes naturelles), ce taux est en nette régression partout dans le monde. En effet le respect des règles d’hygiène, l’amélioration de l’alimentation et les progrès de la médecine réduisent considérablement le nombre de décès contribuant ainsi à l’augmentation de la population mondiale.
3- Les mouvements migratoires
Les migrations renvoient aux déplacements temporaires ou définitifs des populations d’une région à une autre. Liées aux effets divers, elles entrainent souvent la croissance de la population dans les régions d’accueil.
4- D’autres facteurs démographiques
• Le rôle des organisations internationales
Malgré la multiplication des attentats terroristes et les répressions sanglantes observées durant cette dernière décennie, le règlement pacifique des conflits entre Etats éloigne les guerres et constitue de ce fait un facteur de croissance démographique.
• L’Option politique
Certains États adoptent une politique nataliste afin d’encourager leur population à procréer. Ces dernières bénéficient alors d’un certain nombre d’avantages tels que les allocations familiales. C’est le cas de la France où les congés de maternité et de paternité s’allongent sans cesse. Le 1er s’appréhende de la façon suivante :
• 6 semaines prénatales et 10 semaines post natales (4mois) pour 1 enfant ;
• 8 semaines prénatales et 18 semaines post natales (4 mois et 2 semaines) pour au moins 2 enfants ;
• 12 semaines prénatales et 22 semaines post natales (9 et 2 semaines) pour les jumeaux ;
• 24 semaines prénatales et 22 semaines post natales (11 mois et 2 semaines).
Le congé de paternité est de 11 jours pour la naissance d’un enfant et de 18 jours pour une naissance multiple en plus de 3 jours d’absence autorisés par le code du travail.

Conclusion
Plusieurs éléments s’associent pour expliquer la croissance exponentielle de la population mondiale. Même si l’homme reste un facteur essentiel du développement, une forte croissance peut engendrer de nombreux problèmes difficilement maitrisables.

Notions essentielles
1-Taux de natalité
Le taux de natalité (TN) est le rapport entre le nombre annuel de naissance et la population totale sur une année. Il est exprimé en pour mille %0 et se calcule de la manière suivante :
\(TN = \frac{N}{P} \times 1000\)
N : Nombre de naissance par an ;
P : population totale.
Le TN le plus élevé est au Niger 47%0 et le plus bas au Japon 8,4%0.
2-Taux de mortalité
Le taux de mortalité (TM) est le rapport entre le nombre annuel de décès et la population totale sur une année.
Il est exprimé en pour mille et se calcule ainsi :
\(TM = \frac{D}{P} \times 1000\)
D : Nombre de décès par an ;
P : Population totale.
Le taux de mortalité peut être calculé en fonction des classes d’âge, c’est le cas de la mortalité infantile (TMI). C’est une statistique calculée en faisant le rapport entre le nombre d’enfants morts avant l’âge d’un an sur le nombre total d’enfants nés vivants. Il est exprimé en pour %0 et sert essentiellement à juger la qualité des soins obstétriques et pédiatriques d’un pays.
Au Cameroun, il était estimé en 2014 à 64%0 pour le sexe masculin et à 55%0 pour le sexe féminin soit 59,7%0.
\(TMI = \frac{D}{{NV}} \times 1000\)
D : Décès des enfants de moins d’un an
NV : Naissances vivantes au cours d’une année
3-Indice ou taux de fécondité
Le taux de fécondité (IF) est une unité statistique qui permet de mesurer la tendance d’une population à augmenter ou à diminuer naturellement sans tenir compte des flux migratoires. On le calcule en faisant le rapport entre le nombre de naissances vivantes et le nombre de femmes en âge de procréer. Ceci nous permet de connaitre le nombre moyen d’enfant par femme en âge de procréer (15-49 ans).
\(IF = \frac{{NV}}{{NF}} \times 100\)
NV : Nombre de naissances vivantes
NF : Nombre de femme en âge de procréer

4. L’espérance de vie
L’espérance de vie est l’un des indicateurs statistiques les plus utilisés dans les domaines de la prospective et des projections démographiques et pour évaluer le niveau de développement et de l’indice de développement humain (IDH) d’un État. Elle est grandement influencée par le taux de mortalité.
L’espérance de vie la plus élevée est celle du Japon, estimée en 2016 à 83,7 ans pour les femmes et à 80,5 ans pour les hommes. Au Cameroun, elle est de 59 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. Pour la calculer, on prend un groupe témoin de 10.000 individus correspondant à une génération et on fait le décompte des personnes mortes au cours d’une année de référence. On établit ainsi, la moyenne des durées de vie des membres de ce groupe témoin. Cette moyenne est appelée espérance de vie.