Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilEXAMENSEpreuve zéro de philosophie au baccalauréat ABI, A1, A2, A3, A4, A5 2020
Baccalauréat
Philosophie
A
2020
Enoncé épreuve zéro
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

NB : Le candidat traitera, au choix, Poulies trois sujets suivants :
Sujet I :
Faut-il redouter les passions ?

Sujet II :
Quelles réflexions vous suggèrent ces propos d'Edgar Morin ?
« Science sans conscience n'est que ruine de l’homme » ?

Sujet III : Dégagez l'intérêt philosophique de ce texte à partir de son étude ordonnée :
« J'allai trouver des hommes qui passaient pour savants, convaincu que la mieux qu'ailleurs je pourrais prendre en faute la prophétie et déclarer tout net a l'oracle : « cet homme est plus savant que moi et toi tu as prétendu que c'était moi.» j’examinai donc mon homme à fond (Je n'ai pas besoin de donner son nom ; c'était un de nos hommes politiques) et voici, Athéniens, l'impression que j'ai eue en l'observant et en discutant avec lui. Il me sembla que cet homme paraissait savant aux autres fort nombreux, et surtout à lui-même, mais qu'il ne l'était pas. Et alors j’essayai de lui montrer qu'il se croyait savant, mais qu'il ne l'était pas. Résultat : je m'attirai sa haine et celle de beaucoup de personnes présentes. Aussi en m'en retournant chez moi, me faisais-je ces réflexions : après tout, je suis plus savant que cet homme-là ; nous risquons tous l'un et l'autre de ne rien savoir qui vaille ; mais lui, croit savoir quelque chose alors qu'il ne le sait pas, tandis que moi, comme je n'ai pas ce savoir, je ne crois pas non plus l'avoir. J'ai l'impression, de ce fait, d'être un tout petit peu plus savant que lui, dans la mesure où je ne crois pas savoir ce que je ne sais pas ».

Pluton, Apologie de Socrate. Hatier. I999. pp. 10-11