Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Baccalauréat
Littérature
A
2021
Correction
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Situation du texte :
Le texte, tiré de l’acte IV, scène 1ère de Ngum a Jemea de David Mbanga Eyombwan met en scène Dualla Manga qui, après avoir réaffirmé la souveraineté de son peuple, est maintenant accusé par Niedermeyer d’avoir trahi l’Allemagne.

Idée générale : La riposte de Dualla Manga face aux lourdes accusations du juge Niedermeyer.

Plan possible :
Deux centres d’intérêt sont possibles : Les lourdes accusations du juge Niedermeyer et la résistance sereine Dualla Manga.

1er centre d’intérêt : Les lourdes accusations proférées par Niedermeyer contre Dualla Manga.

1. Les tentatives d’intimidation de Niedermeyer.

• L’administrateur allemand utilise des termes percutants pour souligner la gravité des accusations qui pèsent sur le chef Dualla Manga. Le champ lexical de l’accusation florissant dans la réplique : « Vous êtes accusé de haute trahison », « Vous avez trahi l’Empereur », « Vous avez trahi l’État allemand » s’inscrit dans cette logique. Il révèle le pouvoir et l’autorité que Niedermeyer entend faire peser sur Dualla Manga pour le culpabiliser et l’intimider.
• Dans la même logique, le juge emploie des phrases exclamatives doublées d’injonctions : « Attention ! » ; « Ne niez pas l’évidence ! », des phrases déclaratives destinées à marquer de manière indubitable la gravité de la faute de Dualla Manga : « Je peux à tout moment mettre sous vos yeux la preuve de votre culpabilité » et des mises en garde : « Je vous préviens, vous le regretterez amèrement !». Tous ces procédés mettent en évidence les menaces proférées par Niedermeyer, sa volonté d’intimidation et de domination sur l’accusé. Il cherche à tout prix à l’accabler.
• L’usage de l’impératif présent « Répondez donc avec franchise à ma question » ; « Ne niez pas l’évidence ! », traduit les menaces et l’injonction données au chef Dualla par le juge.

2. Le réquisitoire de Niedermeyer contre Dualla Manga.

• La diatribe prononcée par le juge contre le chef vise à établir d’une manière incontestable la culpabilité de celui-ci. D’où l’emploi des phrases déclaratives : “ Vous êtes l’instigateur et le chef de file du mouvement de révolte dirigé contre le gouvernement du Reich.” “Vous avez envoyé des émissaires à Yaoundé […]” ; “Vos messages demandaient à leurs destinataires d’entrer en rébellion contre nous” qui mettent en relief la gravité des accusations lancées contre Dualla Manga. L’administrateur les lance sur un ton impérieux, assuré, qui révèle sa détermination à confondre définitivement le chef Dualla face aux manifestations évidentes et irréfutables de sa culpabilité.
• Les phrases interrogatives : « Reconnaissez-vous avoir trahi l’Empereur et l’État allemand ? » ; « Reconnaissez-vous tout au moins avoir semé et entretenu des idées de révolte dans l’esprit des fils de ce pays ? », soulignent la lourdeur des charges qui pèsent contre Dualla Manga, accusé de haute trahison.

Transition : Face aux accusations, aux tentatives d’intimidation et aux menaces de Niedermeyer contre Dualla Manga lors de son procès, quelle attitude va adopter le chef pour faire face aux lourdes charges qui pèsent contre lui ?

2ème centre d’intérêt : La résistance sereine de Dualla Manga.

1. Le plaidoyer de Dualla Manga.

• Les phrases déclaratives : « Je plaide non coupable. » ; « Je ne sais pas mentir. » ; « C’est la stricte vérité. » montrent que Dualla Manga conteste les accusations proférées contre lui par Niedermeyer. Il ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés.
• La négation : « je n’ai trahi ni l’Empereur ni l’État allemand » montre que Dualla Manga dément les accusations prononcées contre lui. Il ne se laisse pas ébranler ; au contraire, il reste serein malgré la gravité de ces accusations.
• Les dénégations du chef Dualla Manga : « Je le sais. Mais même si on écarte l’idée de punition, mes lèvres n’ont jamais proféré de contre-vérité. » soulignent le démenti qu’il oppose aux accusations du juge. Cette contestation montre à suffisance le caractère digne et héroïque du Chef Dualla qui, en dépit des lourdes accusations qui pèsent contre lui, ne cède ni aux menaces, ni à la peur encore moins à la tentative d’assujettissement du juge Niedermeyer.

2. L’indignation du chef Dualla Manga.

• Les exclamations catégoriques : « Non ! » ; « Je vous mets au défi de le faire ! » mettent en évidence la révolte du chef Dualla contre juge. Le chef refuse catégoriquement de se laisser piétiner. Il tient tête au juge et brave son autorité.
• Le champ lexical de l’assurance : « je le sais » ; « je vous ai déjà répondu » ; « non ! » ; « je vous mets au défi » révèle la tranquille contestation des charges que le juge fait peser contre lui. En effet, Dualla Manga rejette les graves accusations proférées contre lui ; ce qui désarçonne Niedermeyer. Le chef Dualla le met ironiquement au défi.

Synthèse : En dépit des injustices, des menaces et des tentatives d’intimidation de Niedermeyer, Dualla Manga, reste serein, sûr de lui et conteste avec effronterie les accusations portées contre lui. Ce qui provoque sa révolte et son indignation contre les manœuvres du juge.
Intérêts du texte :
Intérêt stylistique : La richesse des procédés d’écriture.
Intérêt dramatique : Le contraste entre les vives accusations de Niedermeyer et la résistance sereine de Dualla Manga annonce sa condamnation à mort.

Intérêt moral : La volonté de toujours dire la vérité en toutes circonstances.

Présidente de la commission : Mme NGAH Solange Colette, IPN.
Membres : M. NTI Jean Étienne, IPR.
M. TANKHU YAMO Alphonse, AP.
Mme MANI Ernestine Tatiana, Enseignante.
Mme MBANG BELINGA Régine Marquise, Enseignante.
Mme ONANA née MENGUE Élisabeth, Enseignante.