Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESLes pays au décollage économique difficile : Certains pays du golfe persique
Terminale
A & C & E & D & TI
Géographie
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Famille de situation : L’intégration nationale
Catégorie d’action : La promotion du développement intégré
Module N°II : La libéralisation des échanges
Chapitre N°V : Les zones d’échanges
Leçon N°XV : Les pays au décollage économique difficile
Notions : Tiers-Monde, Quart-Monde, PPTE, Pays à revenus intermédiaires
Prérequis : Le fonctionnement de la mondialisation
Durée : 2 heures
Exemple de situation : Le faible niveau de vie des populations qui entretien le lit de la misère dans les villes et campagnes de notre pays.
Exemple d’action : Multiplier les activités génératrices de revenus
Formulation de la justification : Cette leçon permet d’installer chez l’apprenant les ressources en vue de démontrer que le sous développement n’est pas une fatalité.

Introduction

À part les Émirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et le Qatar qui sont des pays riches dont l’économie est pérenne, les autres pays du Golfe (Yémen, Oman, Bahreïn, Koweït, Irak et Iran) font encore face à de nombreux problèmes qui entravent leur décollage économique. En Afrique, en dehors de la RSA, du Nigeria et de l’Égypte qui constituent les trois premières économies du continent en terme de PIB et ayant intégrés dans la mondialisation, la quasi-totalité des autres États connaissent un marasme économique et des crises sociopolitiques. Mais cette situation n’est pas une fatalité dans la mesure où certains États parviennent à développer des stratégies qui sans doute les conduiront à l’émergence.
pays du golfe

I. Situation sociopolitique et économique des pays du Golfe

I.1 Démographie

Les pays du Golfe bordés par l’Océan Indien forment un ensemble de 9 pays dont la population représente moins de 1% de la population mondiale. Ce sont des régions de faible densité car l’essentiel du territoire est marqué par l’aridité.
superficie population decoollage economiquePour l’ensemble des pays, la langue officielle reste l’Arabe même si l’anglais y est aussi parlé.
L’islam est la religion quasiment unique avec en fonction des pays des majorités Chiites ou Sunnites. Mais il existe aussi de petites communautés chrétiennes comme en Iran qui représentent entre 0,4 et 0,8% de la population totale. Faiblement peuplés mais richement dotés en ressources pétrolières et gazières, les pays du golfe attirent une forte immigration. Ils constituent les États dont la proportion d’immigrés au sein de la population est la plus importante au monde. C’est le cas de la population active du Koweït dont 69% est fait d’étrangers. En effet, ces pays ont du mal à se priver de la main d’œuvre étrangère.

I.2 Les productions économiques

Le Golfe persique est un espace au cœur des enjeux contemporains puisqu’il concentre 42% des réserves connues de pétrole et 23% des réserves de gaz. Il est aussi un passage stratégique du commerce mondial. Son importance majeure réside donc dans l’approvisionnement du monde en pétrole et gaz en termes de production et plus encore en termes de réserves.
En effet, en 2018, on estime que ces pays ont produit 4,4 milliards de tonnes de pétrole et 3,8 milliards de m3 de gaz. Les champs gaziers et pétroliers se trouvent en quantité importante dans les fonds marins (exploitation offshore) mais aussi sur terre. L’économie de ces pays repose donc en grande partie sur l’exploitation des hydrocarbures qui représente prés de 40% du PIB. Le faible poids démographique de ces pays ne les autorise pas à rivaliser en matière de production industrielle exigeante en main d’œuvre. Les principales industries sont donc extractives.

I.3 Le volume des échanges

Les pays du golfe sont des pays désertiques c’est pour cette raison qu’ils sont dépendants de l’importation des produits agricoles. En outre leur faible industrialisation est un handicap à la production des biens manufacturiers. Il s’agit notamment des machines, des produits de luxe (montres, bijoux), pharmaceutiques, chimiques, électroniques. Pour éviter la pénurie de ces produits, ils disposent de vastes ports aux aménagements conséquents (exemple de grands espaces de stockage) qui leur permettent d’accueillir tout type de navires surtout les porte-conteneurs.
L’essentiel des exportations est fait de gaz et de pétrole. Pour un approvisionnement optimal, ils disposent des ports pétroliers dédiés à l’exploitation et à la transformation du pétrole, sans oublier de grandes raffineries, des gazoducs et oléoducs qui permettent d’acheminer ces matières premières par voie terrestre. L’Asie est le premier importateur des produits du golfe eu égard à sa « faim énergétique » mais le deuxième fournisseur après l’UE.
Cette zone n’est cependant pas à l’abri des difficultés qui freinent à coup sûr son développement économique.

II. Les faiblesses des pays du Golfe

Parmi les nombreux maux qui minent cette sous région figurent :

II.1 L’insécurité

Le golfe persique est un espace qui concentre de multiples tensions liées d’une part à la convoitise de ses matières premières et d’autres parts aux rivalités religieuses. En effet, le passé colonial et la découverte des gisements d’hydrocarbures ont renforcé un désir immodéré de la part des occidentaux de faire assoir leur hégémonie dans cette région depuis les années 1980. C’est le cas des USA qui veulent garantir via le détroit d’Ormuz un accès continu aux ressources pétrolières du Golfe à des prix raisonnables et en quantité suffisante pour couvrir ses besoins et ceux de ses alliés.
De même, dans ces pays la religion occupe une place prépondérante, elle est intégrée à la politique menée par les États. Or, deux courants religieux de l’Islam s’opposent dans cette région ; d’une part les Chiites et d’autres part les Sunnites. La division entre le sunnisme et le chiisme est historiquement le fruit d’un conflit de succession. En effet, après la mort du prophète, les chiites désignent Ali gendre et cousin de Mahomet au nom des liens de sang tandis que les sunnites majoritaires choisissent Abou Bakr un compagnon du Prophète, ce qui va marquer la rupture entre les deux camps. Cette rivalité religieuse est à l’origine de plusieurs conflits
• Guerre Iran-Irak (1980-1988)
• La guerre du Koweït (1990-1991)
Dans ce sillage, l’on peut aussi relever les attaques terroristes perpétrées à l’extérieur de la région (le massacre du 11 septembre 2001 à New-York, en Virginie et en Pennsylvanie) mais qui conduisent à des représailles au sein de ces territoires (la guerre d’Irak contre les USA en 2003). Il existe également une récurrence du terrorisme dans cette sous région conduisant à de nombreuses pertes en vies humaines, à la destruction de nombreuses infrastructures et à la fragilisation des institutions. Le principal défi à relever ici est donc de ramener la paix qui est un préalable pour le développement.

II.2 La stagnation de l’économie

La croissance économique n’est pas suffisante pour faire face à l’évolution de la population active constituée en majorité de migrants attirés par les pétrodollars. En outre certains pays de la région victimes des sanctions internationales (le cas de l’Iran sous embargo interdit de développer des capacités nucléaires à but militaire) plombent leur économie en se soldant par une inflation, une pauvreté, un taux de chômage record et des manifestations populaires. En outre la diversification de l’économie ne va pas de soi et reste tributaire de la manne pétrolière n’offrant pas assez de possibilité à une production multiple. Ces pays sont donc dépendants de la fluctuation du prix du baril de pétrole sur le marché mondial.

II.3 L’inégale répartition des richesses pétrolières

Dans cette région, seule une minorité profite de la manne pétrolière tandis que la majorité vit en dessous du seuil de pauvreté. Cette situation est souvent à l’origine du travail des enfants obligés de quitter l’école pour chercher un gagne pain quotidien non seulement pour eux mais aussi pour les autres membres de la famille. Les proches de ceux qui détiennent le pouvoir vivent dans un luxe insolent alors que le bas peuple croupis dans la misère. L’écart entre le riche et le pauvre bat tous les records.

II.4 L’absence d’une politique commune efficace

En dehors de la création du CCG (Conseil de Coopération du Golfe), les pays de cette sous-région évoluent en rangs dispersés. Ils n’ont pas ressui à mettre au point une monnaie commune capable de rivaliser les autres monnaies fortes. Cette situation s’explique non seulement par les diversités religieuses mais aussi par des divergences politiques internes et externes. Pour ce qui est de la diplomatie, l’on peut relever le fait que certains pays acceptent de collaborer avec les USA (Koweït) et d’autres refusent le dictat occidental (Iran). Certains pays prônent un islamisme modéré et la reconnaissance de l’État d’Israël tandis que d’autres sont des radicaux et des alliés inconditionnels des palestiniens. Cette situation continue donc de créer des clivages au sein de la sous région, ce qui ne favorise pas une unité pérenne.