Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vous êtes ici : AccueilCLASSESL’implicite dans le discours : Le présupposé et le sous-entendu
A & C & E & D & TI
Langue française
Cours
Bonjour ! Groupe telegram de camerecole, soumettrez-y toutes vos préoccupations. forum telegram

Lorsque nous nous exprimons, nous communiquons du même coup nos idées, nous trahissons notre façon de percevoir l’univers. Mais ce dévoilement n’est pas toujours explicitement exprimé. Voilà pourquoi on parlera d’implicite. Notre langage comporte toujours une part de signification laissée à l’interprétation. Son analyse relève de la pragmatique.
La paraphrase pragmatique est un énoncé non clairement exprimé qui se déduit d’une énoncé premier : elle appartient donc à l’implicite.
Dans son sens large, l’implicite sera considéré comme la somme de ce qui s’oppose à l’explicite. Il désignera des significations secondes qui peuvent être déduites de l’énoncé.

I. Posé, présupposé et sous-entendu :

Étymologiquement « implicite » signifie « qui peut être impliqué »
L’implicite revêt des formes particulières :
• Le présupposé
• Le sous-entendu

I.1 Le présupposé

Soit la phrase suivante : Le roi de Yaoundé est chauve
Ce qui est posé : on est censé apprendre la calvitie du roi de Yaoundé.
Ce qui est présupposé, censé être connu de l’interlocuteur, présenté comme allant de soi est qu’il existe un roi de Yaoundé.
C’est parce que la phrase ne remplit pas les conditions de vérité que le présupposé est contestable.

Soit également la phase suivante : Tous les enfants de Paul vont à la même école.
L’implicite de type logique :
Je présuppose que Paul a au moins deux enfants.
Je présuppose qu’ils n’ont pas encore 12ans et ne vont pas au lycée.
En logique, cela s’appelle une inférence. En pragmatique, les linguistes préfèrent utiliser le terme de « présupposition ».

Étymologiquement «présupposé  » signifie « supposé avant ». C’est donc un discours où le sens implicite qu’on trouverait interviendrait avant ce qui est dit. C’est dire que ce qui compte ici c’est la chronologie des informations.
Donc, dans tout énoncé, on distinguera un posé et un présupposé et on pourra dire que le présupposé désigne ce qui peut être logiquement impliqué par le posé.

I-2 Le sous-entendu :

Le dictionnaire universel le définit comme « une idée suggérée sans être dite explicitement ». C’est une insinuation, une allusion. Le sous-entendu est contextuel et on peut en avoir plusieurs pour un même énoncé.
Soit la phrase : C’est Paul qui a cassé le vase.
Que peut sous-entendre cette phrase ?
• Paul est maladroit
• Paul est colérique
• Ce n’est pas Marie qui est pourtant maladroite

II. Conclusion

• le présupposé demeure inchangé quelle que soit la modalité de la phrase contrairement au sous-entendu.
• Le présupposé est censé être connu par l’interlocuteur, un avant du posé alors que le sous-entendu est une déduction, une conséquence, un après du posé.
• -Le présupposé est censé être une évidence partagée par le locuteur et l’interlocuteur alors que le sous-entendu peut être source de malentendus.
• Les présupposés sont en nombre fini alors que les sous-entendus peuvent être multiples.
• Les présupposés peuvent être trouvés sans avoir recours au contexte, ils appartiennent à la phrase donc à la sémantique ; les sous-entendus dépendent du contexte, ils appartiennent à l’énoncé et ont une fonction pragmatique.
• Les différents types de présuppositions sont repérables ainsi que les procédés qui sont mis en œuvre alors que le domaine du sous-entendu n’est pas formalisable.